Edito

Stéphane

A ce jour, je suis convaincu que la coiffure était chez moi une vocation, mais je vous jure que cela revient de loin !

Auparavant, la coiffure était plutôt destinée aux jeunes en échec scolaire, et dans l’esprit de beaucoup, disons le : « aux bons à rien ! »

Dans mon jeune esprit, le métier de « bon à rien » ne m’enchantait guère. Je voulais être comme les autres, la peur profonde qui m’animait était le rejet, amplifiée secrètement par une attirance envers les garçons.

Mais alors là, si par malheur j’avais dévoilé toute ma singularité, j’étais certain à l’époque de finir brûlé sur le bûcher. C’est une des raisons pour laquelle je crois aux jeunes d’aujourd’hui. Ils sont bien plus proches dès le départ de leur vie, de leur propre singularité, beaucoup moins emprisonnés dans des croyances perverses. En ce sens, je déteste toute forme d’endoctrinement. Je crois en la vie profonde, spirituelle et non religieuse, au potentiel de réflexion et de discernement de tous les êtres humains.

Nous sommes soi-disant maître de

notre destin

.

Pour ma part, je n’avais pas choisi ce métier mais lui m’avait choisi. J’ai mis des années à m’en rendre compte. Y serais-je parvenu, si ma vie n’avait pas croisée outre des pointures techniques, mais surtout des personnes comme Romain et Jacques ?

Jacques m’a permis d’ouvrir les vannes du passé, de le nettoyer et d’en extraire toute son intelligence. J’ai découvert toute la beauté et la perversité de l’être humain, j’ai appris à mieux trouver ma place au milieu des autres.

Romain est devenu mon plus fidèle compagnon de route. Mais qu’est ce qu’il a pu m’énerver ! Et qu’est ce qu’il a pu me guérir à travers son regard. M’énerver, car je voyais en lui un génie non seulement de la coiffure et du management, mais en plus, une aptitude inouïe, car tout ce qu’il touchait, se transformait en beauté. Non seulement il ne le voyait pas, mais il n’y croyait pas quand je le lui disais…et du coup, je gueulais ! Me guérir, car l’homme en qui j’aurais à accorder toute ma confiance ne me semblait pas encore né et pourtant, il se présentait à moi. Quelle provocation ! et quelle chance !

Cette complicité, est devenu le fer de lance de CONNIVENCE. Notre complémentarité est juste dingue ! D’une telle évidence, que nous sommes à ce jour convaincus de notre destin, à savoir développer cette marque CONNIVENCE, et bien au-delà de la scène Française.

Notre vision de la coiffure s’est affinée. Nous détestons les diktats de la mode, élaborés pour rendre « obèses » les finances d’une poignée d’individus et détruire l’estime des autres. Nous considérons la coiffure comme une formidable passerelle, au service du développement de l’humanité. Les cheveux nous semblent très fortement reliés à l’enfant en nous. En prendre soin, c’est cheminer vers soi, pour accéder à plus de vitalité. D’ailleurs, cela se vérifie en permanence dans les salons, en observant certaines personnes entrer et sortir.

Quant à effectuer en salon des coupes ou des couleurs prêtes à porter, ne comptez pas sur nous pour cautionner cela. Même si d’un côté ça rassure de se sentir « dans le coup », de l’autre côté, ça emprisonne, ça anéantit la créativité, et toutes les possibilités de se trouver soi. Du coup, ça va à contre sens du développement d’un être humain. Tant que nous serons Romain et moi à la tête de cette entreprise, nous garderons le cap humain contre vents et marées, quel qu’en soit le prix à payer !

Ce sera notre façon à nous de partager notre vécu et de vous respecter…

Signature de Stéphane

Romain

La coiffure a été pour moi comme une évidence, une découverte de ce bel Art, en servant de modèle pour un examen.

A l’époque je n’avais que 13 ou 14 ans, l’âge pour moi rempli de recherches, de rencontres qui m’ont servi à développer mon esprit artistique.

Tout d’abord, un enseignant, un maître des vitraux et reconnu au Japon qui a su m’insuffler une curiosité de l’art, en travaillant avec différentes matières, tels que le fusain, l’encre de chine ou la mine de plomb…Il a su me faire voir à quel point une prédisposition était présente en moi. Mes préférences s’orientaient vers le côté Dark, car le rouge, le bleu et le jaune, ne faisaient pas partie de ma vie jusqu’alors.

Cela s’est bien arrangé depuis !

Il a pris le temps de me faire découvrir des œuvres, des musées, des lieux, constitués de rencontres d’initiés. C’était idéal pour moi, car la parole ne faisait pas partie de mon vocabulaire !

Je gardais en moi ce désir profond de faire de la coiffure, mes mains me parlaient sans savoir ce qu’elles avaient à me dire. Drôle de sensations, surtout sans savoir qui j’étais au plus profond !

J’ai su suivre mes voies qui me correspondaient instinctivement, une recherche incessante du mieux mais accompagné par quelqu’un qui me montre…

Cela a duré quelques années !

J’ai intégré un groupe breton (15 salons), plein de promesses, plein de paillettes, un pseudo esprit de groupe, mais au fond… Démerdez-vous !!!

Putain… 10 ans d’une vie pro à chercher la bonne rencontre qui nourrit, remplit les cases manquantes et qui sert à s’éclater au plus haut point dans notre beau métier.

Quand le souffle est coupé, le corps est lourd, l’esprit est perdu, nous perdons espoir et pour ma part, cette espérance s’éteignait vite, très vite…

Un matin de Janvier, c’est arrivé ! A 30 ans ! il était temps !

LA RENCONTRE, d’abord dans la peau d’un formateur, ensuite dans celle d’un chef d’entreprise, puis celle d’un homme et enfin celle d’une vie !

Stéphane, rassembleur dans toute sa splendeur.

Dans mon cas, autant sur le professionnel que sur le personnel ! Un coup de foudre !

Tout me parlait avec force et conviction, une symphonie fantastique sonnait et résonnait en moi.

Il m’a fait rencontrer une personne tout aussi importante que lui, Jacques Dupont un révélateur d’humains, une conscience pour mon propre devenir.

Merci à tous les deux, pour avoir mis tout en œuvre, pour que je puisse faire de moi qui je suis vraiment !

Depuis une formidable aventure s’est actionnée, humaine, technique, artistique, comme si toutes les étoiles étaient alignées pour une symbiose parfaite.

C’est en cela que la coiffure pour moi est géniale.

Je suis heureux de vous inviter dans notre univers, de vous accompagner dans votre coiffure, de vous faire briller le regard sur vous-même !

Je suis chanceux de vous faire partager tout ce que j’ai reçu depuis toutes ces années, c’est même un devoir, une obligation !

Signature de Romain